Les marchés de Saint-Pétersbourg

Les marchés de Saint-Pétersbourg
13 h 23 min , 8 avril 2013 0
Publié dans : Asie, BLOGUE VOYAGE, Europe

Depuis quelques années, la Russie s’est nettement américanisée. On trouve les mêmes boutiques à la mode comme GAP et H&M, les mêmes chaînes de restos, les mêmes grandes marques. Alors que L’URSS avait évolué pendant des années en parallèle du reste de la planète avec ses cosmonautes et ses Ladas, maintenant, la Russie perd ses signes distinctifs à la vitesse grand V. La jeunesse russe est folle de tout ce qui est « Made in USA ».

À Saint-Pétersbourg, pour retrouver les airs du passé, il faut donc sortir des grandes artères, comme l’avenue Nevski, et s’enfoncer dans les quartiers ouvriers ou encore chercher un marché. Vous ne serez pas surpris, j’ai jeté mon dévolu sur le marché. C’est à mon avis la meilleure façon de connaître la vraie nature de l’endroit que l’on visite.

Je me suis donc aventurée dans le marché Kouznetchny situé dans le cœur de Saint-Pétersbourg.

Aux abords du marché, des femmes s’alignent pour y vendre quelques produits récoltés dans leur petit potager. Les écarts de richesse sont importants en Russie. Ces dames, qui n’ont parfois qu’un bouquet d’aneth et quelques œufs à vendre, ne l’ont pas facile.

Leur commerce est « illégal ». Dès qu’elles aperçoivent un policier au loin, elles plient bagage en deux temps trois mouvements. C’est assez impressionnant de les voir s’enfuir et revenir après quelques minutes alors que le gendarme n’est plus à la vue. Elles peuvent faire ce va-et-vient plusieurs fois par jour… tout ça pour seulement quelques roubles.

À l’intérieur du marché, il y a les commerçants « légaux » qui vendent leurs récoltes. Parfois, ce ne sont que des petits fruits, d’autres fois, des champignons. On parle de très petits producteurs, il va sans dire.

Les Russes sont friands de cornichons marinés de toutes sortes. À l’aneth, à la moutarde, fermentés, au vinaigre, à l’ail… J’ai eu beaucoup de plaisir à les déguster tous.

Ils aiment aussi beaucoup l’ail mariné… mais je vous le confirme, c’est assez catastrophique pour l’haleine!

Au marché, les gens sont très sympathiques et souriants, contrairement à l’image froide et sévère que les Russes peuvent parfois dégager.

Cette dame, je la veux comme grand-maman! ;-)

Cet homme, il m’a jasé ça sans arrêt. J’avais beau essayer de lui faire comprendre que je ne comprenais pas le russe, il poursuivait sa grande conversation passionnée… Peut-être qu’il me criait des bêtises, mais avec son ton amical et son regard souriant, j’ose croire qu’il avait de bonnes intentions. Je n’en sais rien, mais j’ai quand même acheté ses groseilles. Si c’est une technique de vente russe… ça fonctionne!

Je vous le dis, je ne me lasserai jamais de parcourir les marchés du monde. Chaque fois, l’expérience est unique et mémorable!

À la semaine prochaine,

Geneviève

xxx

Crédits photo : Geneviève O’Gleman et Stéphane Collin

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>