Du fast-food complètement «slow»!

Du fast-food complètement «slow»!
20 h 05 min , 26 novembre 2012 0
Publié dans : BLOGUE VOYAGE, Europe

Connaissez-vous le mouvement Slow Food?

Slow Food, c’est une organisation internationale qui, grosso modo, vise à contrer le fast-food et la malbouffe industrielle. L’organisme milite pour préserver les traditions culinaires locales et les produits du terroir, partout à travers le monde.

C’était le véritable prétexte de mon voyage en Italie. Même si j’en ai profité pour aller à Gênes, à Cinque Terre, à Milan et à Bologne, mon but ultime était d’assister au Salone del Gusto (Salon du goût) et au Terra Madre, le congrès international du mouvement Slow Food qui se tient aux deux ans à Turin.

Plus de 200 000 personnes étaient présentes, provenant de plus de 150 pays, sur 5 continents. Artisans, producteurs, chefs, nutritionnistes, journalistes, et autres passionnés de bouffe étaient réunis pour trouver des solutions pour améliorer notre monde alimentaire.

Un congrès comme celui-ci permet de se remettre en question, de réfléchir, mais aussi de découvrir, de goûter, d’apprendre.

Ce qui m’a le plus frappée? C’est le désir commun des participants de rendre accessible à tous des aliments de qualité.

Au Québec, on associe le Slow Food à des produits du terroir, fins, gourmets et coûteux. Un peu comme si c’était un luxe réservé aux « foodies » qui ont les moyens d’acheter telle viande bio ou tel produit artisanal. Erreur.

Le Slow Food, c’est pour tous.

- C’est faire son jardin.

- C’est éviter de gaspiller l’eau.

- C’est faire de la chapelure avec un restant de pain.

- C’est encourager un fermier dans un marché public.

- C’est acheter du miel québécois à l’épicerie.

- C’est résister à la tentation d’acheter des fraises en janvier.

- C’est poser de petits gestes qui, sans vider notre portefeuille, nous permettent de changer, tranquillement, notre façon de produire les aliments. Ici, et ailleurs sur la planète.

Je croyais aussi que le Slow Food, c’était tout sauf manger un hamburger dans un resto sur le pouce. Après tout, le nom le dit, fast-food c’est le contraire de Slow Food!

Voilà qu’en me baladant à Turin à la fin du congrès, j’entre dans un resto de hamburger bondé de clients, avec un service rapide et bon marché. Un resto de malbouffe comme n’importe lequel, croyez-vous? Eh bien non.

Ce resto se nomme M** Bun et il adhère aux principes du Slow Food.

La viande, le bacon, le fromage, le pain, les oignons, les champignons, la laitue, les tomates, les pommes de terre pour les croustilles sont produits localement, dans un rayon de 100 km du resto. Ils proviennent de coopératives de petits producteurs qui obtiennent un prix juste.

Toute la vaisselle est biodégradable ou recyclable et les poubelles sont même conçues pour favoriser le tri des déchets alors que les surplus d’aliments sont compostés…

J’ai adoré mon « trio burger ». Il a été préparé pour moi, selon mes préférences. J’ai été servie en quelques minutes et je me suis régalée pour moins de 10 euros. C’est ce qu’on appelle du fast-food pur et dur, et c’est ce qui prouve que les valeurs du Slow Food peuvent être appliquées de différentes façons pour être accessibles à tous.

Maintenant, il s’agit de contaminer les restaurateurs d’ici pour qu’ils ajoutent un peu de sauce « Slow Food » à leurs recettes!

La semaine prochaine, je vous parlerai de ma prochaine destination. Je sens que je vais vous faire rêver!

À bientôt,

Geneviève

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>