Changer de vitesse en Martinique

Changer de vitesse en Martinique
19 h 58 min , 10 décembre 2012 0

Je vous écris et ça ne fait pas encore 24 h que je suis en Martinique. Je vous livre donc mes premières impressions…

J’aime être en mode « voyage ». J’ai deux modes : le mode « maison » et le mode « voyage ». À la maison, je fonctionne en 5e vitesse. Une vraie Ferrari. Mes journées commencent tôt et se terminent tard. En voyage, je ra-len-tis… Dès que je pose le pied dans un autre pays, je passe en première vitesse… Geneviève le petit bazou.

Nous avons décidé de passer quelques nuits à Sainte-Anne, un petit village au sud de l’île.

Ici, TOUT est calme. Les gens parlent tout bas. Dans les rues, on n’entend que les grillons et les oiseaux. Au resto, c’est le bruit des vagues qui fait office de musique de fond. Je n’ai pas encore entendu une sonnette de téléphone ni un klaxon.

On doit sûrement pouvoir faire le party quelque part en Martinique, et je me doute bien qu’au fil des jours, tout ne sera pas toujours si calme. Mais pour le moment, oh que ça fait du bien!

L’air salin a le même effet sur ma fille. La petite puce énergique est devenue câline en seulement quelques heures d’avion. Toute une métamorphose.

Maude aime aussi quand sa mère est en mode « voyage ». Pas d’horaire, pas de soucis et des règles plus élastiques, quel enfant n’aimerait pas ça?

Dès qu’on a déposé nos bagages dans notre chambre, je lui ai demandé ce qu’elle avait envie de faire. Embêtée, elle m’a répondu : « Je sais pas, j’ai trop faim et j’ai trop hâte d’aller à la plage. » Ma solution : « On peut manger les deux pieds dans l’eau si tu veux… » Amenez-en des problèmes, la Geneviève en voyage règle tout!

Sur cette photo, Maude les deux pieds dans l’eau, un sandwich à la main. La belle vie…

Plus tard en soirée, nous sommes au resto pour découvrir quelques spécialités locales. Elle me dit, l’air le plus sérieux du monde : « Maman, tu ne trouves pas que c’est long avant que la serveuse vienne nous voir? » Je lui réponds : « Maude, combien de fois je t’ai poussée dans le dos ces dernières semaines? Ici, on oublie la pression, rien ne presse. »

Nous avons rigolé en nous remémorant tous les matins où je me suis choquée en disant « Dépêche Maude », « Plus vite Maude », « On va être en retard, Maude », « Habille-toi, Maude »… Ni elle, ni moi n’aimons cette pression. Pour les prochains jours, on y va à notre rythme. Et je sens que ce rythme sera très, très lent…

À go, on se la coule douce!

Je vous redonne des nouvelles lundi prochain. Je vous parlerai de nos découvertes gourmandes et de nos coups de cœur de la Martinique. On verra si tout est toujours aussi calme et reposant. J’espère que oui! ;-)

À bientôt,

Geneviève

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>